Publications

Les grands constats de notre étude du niveau de maturité marketing des entreprises

C’est en partenariat avec l’organisme Québec International (QI) que nous avons effectué une enquête auprès d’entreprises de la région de Québec afin de mieux connaître leur niveau de maturité marketing.

Pour en connaître les grands constats cliquez sur l’image :

Commentaires

  1. François Bourgault

    Très intéressant comme étude.

    Un point m’intrigue toujours cependant. Le pourcentage du budget alloué à la fonction marketing est toujours nébuleux. On parle dans l’étude de 1 à 4% par exemple. L’écart est alors énorme. Et ce qui doit être inclut dans ce pourcentage n’est pas vraiment clair non plus. Par exemple les frais de représentation – souvent une part importante du budget – devraient-ils entrer ou non dans le calcul du pourcentage des ventes alloué au marketing? Et qu’en est-il des salaires des personnes affectées (à 100% de leur temps ou non) au marketing?

    En B2B on a souvent entendu 3% comme étant un budget raisonnable et réaliste, 6% dans le B2C, sans toutefois préciser vraiment les inclus-exclus d’un budget marketing type.

    Merci pour le partage de ce travail d’enquête bien menée.

    Publié le

    • Jean-François Pelley

      Effectivement, vous avez raison lorsque vous dites qu’il n’est pas clair ce qui est inclus ou non dans ce budget. Et nos entrevues téléphoniques en profondeur nous ont permis de mettre en relief la très grande variabilité d’interprétation du concept « marketing ». Pour certains, le budget « marketing » est un poste budgétaire « fourre-tout » alors que pour d’autres, on y inclut que des éléments propres à la vraie définition du marketing. Par ailleurs, l’étude a permis de comprendre que la définition du marketing est tout aussi floue dans les entreprises, car certaines entreprises estiment que le marketing se limite à la publicité ou à la représentation. À l’inverse, des entreprises (ayant souvent plus de succès) ont une vision plus large et plus organique du marketing.

      En ce qui concerne le pourcentage devant être associé au marketing, il se situe très souvent sous les 10 %, mais peut parfois même se retrouver au-delà (parfois même 15 %). Les principaux facteurs ayant une influence sur la proportion du chiffre d’affaires associé au marketing, nous retrouvons habituellement : le secteur d’activités, l’intensité nécessaire pour conclure une vente (exemple souvent cité : la vente d’avions), la présence de concurrents sectoriels ou géographiques, la phase de maturité de l’entreprise, les projets spéciaux ou stratégiques au développement de l’entreprise et aussi, si l’entreprise fait face à une crise financière ou une baisse importante des ventes.
      Merci pour votre commentaire.

      Publié le

Répondre à François Bourgault Annuler la réponse.